Les choses sérieuses commencent chez les tétras

Ce samedi soir en montagne, c'est le printemps: le ciel est complètement bâché mais la neige a presque complètement disparu, il n'y a pas de vent, et il fait doux. Je monte tout de même la toile. Ce qui me permet de dîner au sec alors que tombe une petite pluie fine. Bivouaquer dans ces conditions est un véritable enchantement: bien au chaud dans mon duvet je regarde les nuages qui se gésagrègent lentement, découvrant progressivement tout le versant nord du Mt Blanc. Les étoiles apparaissent une à une, puis passe le marchand de sable. Pour la première fois ce printemps j'ai dormi comme un bébé, ne me réveillant que deux fois: à 1h30 puis à 4h25.

A 4h45 j'entends les premiers cris et roucoulades. Ce matin, les tétras semblent plus nombreux que d'habitude: je les entends aux quatres points cardinaux. Mais la lumière de la pleine lune ne me permet pas de les voir. Ils sont aussi masqués par le relief: tertres et ruptures de pente limitent mon horizon à une trentaine de mètres.

J'utilise le petit trépied qui m'a été offert pour réaliser quelques poses longues sur les Trois Monts. De temps à autre j'aperçois le petit point lumineux d'une frontale sur l'itinéraire des Grands Mulets.

Soudain vers 5h30, je suis intrigué par une des silhouettes qui se profilent au sommet de la place de chant: plus petite que les autres, elle ne semble pas parader, et ne prend pas part aux intimidations. Je saisis les jumelles pour confirmer mon intuition: c'est bien une femelle. C'est la première fois ce printemps que j'observe une poule sur cette place de chant. Un mâle tente de s'approcher d'elle mais elle se défile et descend dans ma direction. Je tente quelques photos malgré le manque de lumière. Un second mâle emboîte le pas du premier qui se retourne pour l'affronter. Finies les parades et les intimidations: ils se volent dans les plumes, coups de becs et de pattes, c'est une vraie baston ! La belle les observe quelques instants puis s'envole et disparaît. Les deux coqs cessent rapidement la bagarre et se séparent.

A 6h, c'est le lever de soleil sur le Mt Blanc. Je sors de mon duvet pour aller inspecter les environs. Je trouve un coq qui traîne encore en contre-bas. Une photo et je retourne au chaud. Tout est calme, je déjeune. Il ne se passe plus rien. Je range mes affaires. Le sac à dos est presque bouclé quand j'entends chuinter dans mon dos. Je me retourne, mais rien. Il est caché derrière un tertre. Je m'installe derrière un rocher, appareil photo en main. Le soleil est en train d'arriver, avec un peu de chance je vais pouvoir enfin réussir une nouvelle belle photo. Mais il s'envole et disparait derrière les arbres.

 

Petit diaporama sur Jooméo.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Je ne suis pas un photographe professionnel. J'ai un métier que j'exerce à temps complet. Je suis simplement un "photographe randonneur" passionné de montagne et de nature, la photographie est un loisir que je pratique pendant mon temps libre, en pur amateur. Photographier des animaux sauvages exige de passer beaucoup de temps sur le terrain.

 

Néanmoins je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à vos demandes aussi rapidement que je le pourrai. N'hésitez pas à me contacter:

 

M. Cyril DESAGE

Chedde

223 avenue du Coteau

74190 Passy

 

lemonde.denhaut@laposte.net

Les photos et les textes présentés sur ce site ne sont pas libres de droit. Leur reproduction sans autorisation écrite de leur auteur est interdite, quel que soit le support. Merci de respecter la passion de l'auteur, le temps passé sur le terrain, les heures de marche, le temps passé devant l'écran et l'investissement dans le matériel.