Je suis un débutant

Comme un sportif qui vient de monter dans la division supérieure, comme un coureur espoir qui entre dans la course des "séniors" (attention, en course à pied, la catégorie séniors regroupe les coureurs âgés de 23 à 39 ans. Au delà on entre chez les "vétérans"), bref comme un ancien bon coureur en "régionale" qui passe en "nationale", je redeviens un débutant: ça roule plus vite, les parcours sont plus sélectifs, la neige est plus dure, la pente est plus raide ...

Mon nouveau matériel est plus performant, mais il est aussi plus exigeant, il faut que je m'adapte, que j'apprenne de nouveaux réflexes.

Première règle: il me faut un point d'appui. L'objectif pèse près de 2kg et mesure une vingtaine de cm. A main levée le flou de bougé est presque inévitable, et la prise de vue devient "sportive". J'avais l'habitude de photographier en restant debout. C'est fini. A moins d'être tout près d'un gros rocher sur lequel je peux m'appuyer, je dois au minimum poser un genou à terre pour caler un coude sur l'autre genou, ou carrément m'allonger au sol. Inconvénient: c'est désagréable lorsque l'herbe est trempée par la rosée du matin, voir impossible lorsque le terrain est "écossais": gorgé d'eau au point de devenir spongieux ! Avantage: les buissons de type rhododendrons peuvent alors donner un très esthétique flou de 1er plan.

Deuxième règle: le trépied !! Je ne dois le prendre QUE lorsque je suis certain qu'il me sera absolument indispensable (pose longue ou affût). La marche d'approche et l'itinéraire devront alors être "optimisés" et écourtés au maximum. Lorsque je pars pour une rando "de reconnaissance" ou d'exploration, il reste à la maison.

 

Du point de vue météo le week-end prolongé du 14 juillet fut une catastrophe. J'ai tout de même tenté une petite sortie dans l'après midi du lundi 14: j'ai fait quelques clichés des lis martagon à la sortie du couloir de la Chorde, entre deux averses. J'en ai aussi profité pour découvrir un sentier que je ne connaissais pas encore, qui relie la Chorde et les chalets de Chavanne Neuve en traversant des zones humides juste au-dessus des vernes et de la forêt qui bordent la barre rocheuse du versant ouest: c'est le quartier des chamois.

 

Le 19 je suis allé traverser la face S-E (de Pormenaz) et tenter (timidement) de boucler par le versant E, en vain: 2 éboulis assez raides m'ont incité à faire demi-tour. J'ai réussi quelques photos d'un chamois près du point 1889. Puis je suis remonté par le versant S-E, jusque sur l'arête sommitale, au point 2289. Je suis descendu doucement dans le versant Nord, en espérant entendre et/ou apercevoir les lagopèdes, mais le coin est truffé de moutons. Les lagopèdes ont peut-être déménagé pour passer la saison d'estive dans un secteur plus tranquille. A ce moment c'est un circaète Jean Le Blanc qui a survolé toute l'arête. Puis j'ai coupé tout le versant Nord pour descendre côté Ouest sur les chalets de Chavanne Neuve. Sur le sentier découvert le week-end dernier, j'ai pu faire quelques photos d'une femelle chamois accompagnée de son cabri âgé de  quelques mois seulement.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Je ne suis pas un photographe professionnel. J'ai un métier que j'exerce à temps complet. Je suis simplement un "photographe randonneur" passionné de montagne et de nature, la photographie est un loisir que je pratique pendant mon temps libre, en pur amateur. Photographier des animaux sauvages exige de passer beaucoup de temps sur le terrain.

 

Néanmoins je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à vos demandes aussi rapidement que je le pourrai. N'hésitez pas à me contacter:

 

M. Cyril DESAGE

Chedde

223 avenue du Coteau

74190 Passy

 

lemonde.denhaut@laposte.net

Les photos et les textes présentés sur ce site ne sont pas libres de droit. Leur reproduction sans autorisation écrite de leur auteur est interdite, quel que soit le support. Merci de respecter la passion de l'auteur, le temps passé sur le terrain, les heures de marche, le temps passé devant l'écran et l'investissement dans le matériel.