Voyage de noces en Italie, 2ème partie

Collection de "Davids" à Florence

Mardi 30 décembre au matin, nous quittons Venise pour descendre sur Florence. L'application de cartographie routière du téléphone s'est déréglée, et me pond un itinéraire "sans péage". Nous voilà à 70 km/h sur la départementale qui longe l'Adriatique. A cette allure, le voyage risque d'être long ! Peu avant Chioggia, je rectifie tout ça et nous prenons l'autoroute à Monselice, direction Bologna. Entre Bologne et Florence, nous traversons les Apennins (altitude entre 900 et 1300 m) qui sont encore couverts de neige !

A Florence, Véronique est chargée de m'avertir si elle voit un panneau "ZTL" (Zona Traffico Limitato). La circulation dans le centre ville est strictement interdite aux non résidents, et l'amende est automatique, et salée ! Notre hôtel (l'Hôtel Boston) n'est pas dans cette ZTL mais il n'en est pas très éloigné, et une rue à sens unique mal anticipée pourrait nous être fatale. Heureusement le GPS du téléphone fonctionne bien et nous passons sans encombre devant notre hôtel. Le gérant m'avait dit que nous pouvions utiliser le "garage privé" de l'hôtel au tarif de 20 € par jour. Mais où est l'entrée ? La rue est très étroite et je ne vois aucune place libre. En tournant un peu, nous trouvons un "garage-parking" à 300 m de l'hôtel, au même tarif. Il nous faudra seulement nous présenter à midi pétante pour récupérer la voiture le jeudi 1er janvier, car il ne sera ouvert qu'un court moment en ce lendemain de fête !

Nous montons les bagages dans notre chambre. Véronique est contente car nous avons celle que j'avais expressément demandée: la chambre dont un des murs est vert pomme !! Ca pique un peu les yeux, mais je m'inquiète surtout de voir (et d'entendre aussi) un radiateur d'un autre âge, et un plafond assez haut. Après un petit repos, nous sortons visiter le centre ville (à deux pas) tout en recherchant un lieu sympathique pour nous restaurer (Véronique crie famine). Alors que nous approchons de la Basilica di San Lorenzo, nous trouvons, juste en face de la Cappelle Medicee, Le Cappelle Medicee: "wine bar, Light lunch, Aperitivi Caffè, Via Canto dei Nelli 30/R". Véronique y déguste un délicieux sandwich, tandis que je me régale d'une excellente lasagne. En guise de dessert, nous nous partageons une assiette de fromages au miel. Le tout pour une vingtaine d'euros.

Nous déambulons ensuite jusqu'à la Piazza Della Repubblica. De là, j'aperçois, au dessus des toits, le sommet d'une tour (ou d'un dôme) qui me semble joliment illuminée. Dès lors, la déambulation cesse, nous marchons au cap !! En moins de 5 minutes, nous débouchons sur la Piazza Di San Giovanni. Véronique et moi sommes scotchés: pantois, les yeux au ciel et la bouche ouverte. C'est l'un des charmes des villes italiennes: on marche tranquillement dans une petite rue, en regardant distraitement les vitrines, et lorsqu'on arrive sur une place, c'est tout un monument qui apparaît subitement devant nous. C'est véritablement saisissant. Bref, nous voilà donc devant le parvis de la cathédrale Santa Maria Del Fiore.

Place suivante: Piazza Della Signoria: fontaine de Neptune, Palazzo Vecchio (on peut entrer dans le hall !) et surtout Loggia Dei Lanzi qui abrite quelques copies des plus fameuses statues de la Renaissance. Personnellement, j'ai énormément apprécié de pouvoir voir (et photographier bien sûr) ces statues "à l'air libre": de pouvoir tourner autour, d'aller chercher des perspectives "originales" (notamment des 3/4 dos qui permettent de voir la piazza et la foule qui se masse devant la statue de Persée exhibant la tête de Méduse). Je trouve que ces statues qui représentent des scènes de la mythologie (L'enlèvement des Sabines aussi), n'expriment rien dans un musée. C'est à l'extérieur, dans le théâtre de la ville, qu'elles prennent tout leur sens.

De retour à l'hôtel, mes craintes sont rapidement confirmées: le chauffage est insuffisant, on va se cailler !! A la maison, Véronique rouspète sans cesse parce qu'elle aime que la température de la chambre soit fraîche (alors que j'aime bien un petit peu de chauffage). MAIS, elle dort avec une bouillotte ! Ce soir, nous avons une chambre bien fraîche, mais sans bouillotte. Et avec une seule couverture (ce n'est que le lendemain matin que j'ouvrirai les tiroirs du bas de l'armoire, où sont cachées 2 couvertures supplémentaires). Heureusement, nous avions prévu des "chaufferettes de pied" qui furent bien utiles à Véronique. Le lendemain matin, nous découvrons que la salle du petit-déjeuner n'est pas mieux chauffée: un couple est en pleine dégustation de croissants, avec bonnet, cagoule et gants !

Mercredi 31 décembre: aujourd'hui au programme: visites de musées: le Bargello où trônent deux David: celui de Donatello (le premier nu de la Renaissance) et celui de Verrocchio. Puis la Galleria dell'Accademia qui expose LE David, celui de Michel Ange (dont la copie se trouve à l'entrée du Palazzo Vecchio). Nous faisons aussi un petit tour sur le Ponte Vecchio.

Nous retournons nous restaurer au même endroit que la veille, pour y goûter le "plat du chef": des raviolis aux épinards et à la ricotta, sauce au basilic: classique, simple, mais fait maison avec du basilic frais, c'est délicieux.

En soirée, des festivités sont prévues (notamment un concert de musique classique sur la Piazza Della Santissima Annunziata) mais nous n'avons plus 20 ans et depuis notre départ, nous passons de longues journées à marcher dans le froid. Aussi, à 20h nous sommes sous les couvertures, et à 20h30 se font entendre les premiers vibratos d'un petit concerto pour ronflements en ut mineur, joué à trois voix, car la Truffe n'est pas en reste !!

Jeudi 1er janvier 2015: petite promenade matinale dans les rues jonchées de tessons de bouteilles (curieuse coutume qui consiste à briser verres et bouteilles dans la rue !), chargement de la voiture, et départ pour Rome.

ATTENTION ! Les photos de certaines statues peuvent choquer d'éventuelles âmes sensibles, des enfants ...

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Violaine (lundi, 16 février 2015 21:58)

    Magnifiques photos. Merci de me les faire partager !

Je ne suis pas un photographe professionnel. J'ai un métier que j'exerce à temps complet. Je suis simplement un "photographe randonneur" passionné de montagne et de nature, la photographie est un loisir que je pratique pendant mon temps libre, en pur amateur. Photographier des animaux sauvages exige de passer beaucoup de temps sur le terrain.

 

Néanmoins je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à vos demandes aussi rapidement que je le pourrai. N'hésitez pas à me contacter:

 

M. Cyril DESAGE

Chedde

223 avenue du Coteau

74190 Passy

 

lemonde.denhaut@laposte.net

Les photos et les textes présentés sur ce site ne sont pas libres de droit. Leur reproduction sans autorisation écrite de leur auteur est interdite, quel que soit le support. Merci de respecter la passion de l'auteur, le temps passé sur le terrain, les heures de marche, le temps passé devant l'écran et l'investissement dans le matériel.