Fin d'hiver - début de printemps ?

Fin mars, c'est le début de la période des parades chez les tétras lyre. J'ai décidé de ne pas retourner aux chalets de Chailloux, pour ne pas perturber chaque année la même place de chant.

J'en ai donc trouvée une autre, juste au-dessus de chez moi, le parking n'est qu'à 15 minutes en voiture de l'appartement, difficile d'être plus près. Mais il me faut apprendre comment les tétras utilisent le terrain, et trouver le meilleur poste d'observation, ce qui ne va pas sans quelques difficultés. Jusqu'à présent j'y suis allé à chaque fois pendant la nuit, en mode "léger": réveil à 2h, installation sur place entre 4h30 et 4h45. Ensuite il faut attendre une grosse heure en restant immobile, dans le froid (entre -2° et -5°), ce qui n'est pas le plus simple, même avec la grosse doudoune (celle qui était restée au placard lors de l'ascension du Mt Blanc) et des petits gants de laine + moufles. Les pieds sont difficiles à protéger et le froid remonte le long des jambes malgré les collants et le surpantalon. Aujourd'hui les choses sont claires: le seul moyen de se tenir au chaud, c'est le duvet.

Bref, donc entre le froid et la méconnaissance des habitudes des tétras sur cette place de chant, je suis rentré bredouille ou presque à chaque fois. Je vais donc être contraint de changer de méthode et partir avec le gros sac et le duvet, pour passer la nuit là haut (comme l'an dernier en fait, mais avec un appareil de 3 kg + un trépied de 2 kg).

Heureusement, la richesse de la faune dans ce secteur m'a permis de sauver mes journées:

- le 23/03 ce sont deux jeunes gypaètes qui m'ont offert une poursuite et quelques figures de haute voltige. Les photos ne sont pas belles car j'étais très loin de la scène, mais elles donnent une petite idée du caractère spectaculaire de ces joutes. De plus, l'aigle est venu se joindre à eux, on voit donc trois oiseaux sur certaines images.

- le 28/03, je remontais une crête herbeuse près d'un groupe de bouquetins lorsque je me suis aperçu qu'il y avait un intrus ! Un chamois broutait tranquillement à 15 ou 20 m en arrière des gros mâles. Il ne m'avait ni vu ni senti. Je me suis allongé, j'ai posé le sac, et je me suis approché un peu en rampant. Après quelques photos prises à 20 - 25 m, il a fait quelques pas dans ma direction. J'ai croisé les doigts pour qu'il passe au-dessus de moi, dans une plaque de neige, mais il est passé en dessous, m'obligeant donc à réaliser des prises de vue plongeante (pas le meilleur point de vue) et à contre jour (j'ai sur-exposé pour contre-balancer). Certaines images sont un peu surprenantes: à l'arrière plan, derrière le chamois, on distingue le corps massif et les grandes cornes d'un gros bouquetin mâle.

 

Aujourd'hui c'est samedi 04 avril, début du week-end de Pâques. 9h15: ciel bouché, il pleut. L'enregistrement de la station météo des Aiguilles Rouges montre que pendant les nuits du 31/03 au 02/04 le mercure est descendu tout près des -10°, le vent flirte régulièrement avec les 35 - 40 km/h, et la hauteur de neige est passée en 4 jours, de 35 cm à 1,50 m (en partie à cause du transport par le vent). Mais la semaine prochaine s'annonce ensoleillée. Une journée de grève est prévue le jeudi 9. Une belle semaine qui s'annonce !

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Je ne suis pas un photographe professionnel. J'ai un métier que j'exerce à temps complet. Je suis simplement un "photographe randonneur" passionné de montagne et de nature, la photographie est un loisir que je pratique pendant mon temps libre, en pur amateur. Photographier des animaux sauvages exige de passer beaucoup de temps sur le terrain.

 

Néanmoins je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à vos demandes aussi rapidement que je le pourrai. N'hésitez pas à me contacter:

 

M. Cyril DESAGE

Chedde

223 avenue du Coteau

74190 Passy

 

lemonde.denhaut@laposte.net

Les photos et les textes présentés sur ce site ne sont pas libres de droit. Leur reproduction sans autorisation écrite de leur auteur est interdite, quel que soit le support. Merci de respecter la passion de l'auteur, le temps passé sur le terrain, les heures de marche, le temps passé devant l'écran et l'investissement dans le matériel.