Les faucons de Barmerousse

L'observation du tichodrome la semaine dernière m'a enthousiasmé. J'ai donc monté le multiplicateur 1,4 sur le téléobjectif et je suis remonté au même endroit:

- D'abord le samedi 1er avril: Météo France prévoyait des éclaircies matinales. Elles furent rares et de courte durée. Dépité d'entendre siffler le tichodrome ... quelque part dans la brume. Je descends avant l'arrivée de la pluie.

- Jeudi 6 avril: beau temps mais avec du vent. J'ai entendu le tichodrome, mais je n'ai pu que l'apercevoir, et je n'ai pas réussi à le photographier une seule fois. J'ai vu passer trois aigles, à la queue leu leu (2 jeunes suivis d'un adulte, peut-être le mâle adulte qui ne supporte plus la présence de ces 2 jeunes inexpérimentés qui lui "pourrissent" ses chasses par leur manque de discrétion et de méthode). Mais j'ai été pris par surprise et je n'ai pas pu déclencher une seule fois ! Pas de gypaète. Celui qui m'a sauvé la journée, c'est un faucon pèlerin, reconnaissable à son masque de "zorro-batman". Il est passé devant moi pour monter se poser au sommet de la falaise. J'étais bien conscient que si je bougeais, il allait me voir, mais j'ai tout de même tenté ma chance. Bien sûr lorsque j'ai braqué l'objectif dans sa direction, il a immédiatement décollé. Photo: le pèlerin à 1 mètre du rocher, ailes déployées en grand. Treize minutes plus tard, il est de retour au-dessus de la falaise, il se laisse tomber, comme un obus, les ailes complètement repliées le long du corps. La photo n'est pas terrible mais ça permet d'avoir une petite idée de la vitesse et de la violence de son attaque. J'espère seulement qu'il ne m'a pas mangé mon tichodrome. A noter: dès l'arrivée du faucon pèlerin, tous les chocards qui toute la journée, passent et repassent, jouent dans le vent, crient ... ont instantanément disparu.

- Samedi 8 avril: beau temps, température très douce, mais fort vent en bordure de la falaise. Cette fois, je suis monté au sommet de la falaise, sur le promontoire où c'était posé le faucon pèlerin. J'espérais pouvoir surveiller une bonne partie de la paroi, mais finalement, mon champ de vision était trop restreint. J'ai vu passer une bonne quinzaine de parapentes, un engin avec de grandes ailes et une petite cabine entièrement vitrée et située sous les ailes (une sorte de croisement entre un planeur et une aile delta). J'ai vu les aigles planer très haut dans le ciel. Trois faucons crécerelles ont aussi longé la paroi, mais ils étaient trop rapides. Au bout de 3 heures passées dans le vent en bord de falaise (avec polaire + doudoune + polaire), avec ce champ de vision que je trouvais insuffisant, j'ai décidé de me déplacer d'une centaine de mètre. A peine installé sur mon nouveau poste, je repérais aux jumelles, deux crécerelles qui décrivaient des cercles dans les pentes situées au pied de la falaise, tout en bas. J'ai vite empoigné l'appareil, poussé le bouton sur "on" et positionné la bague de zoom sur 400 mm. Quelques secondes après le premier faucon faisait son apparition, juste devant moi, porté par le vent il montait à toute allure. J'ai eu le temps de déclencher une "rafale" de trois photos, et miracle, la deuxième est nette et bien cadrée. Je l'ai à peine rognée (5700 x 3800 px au lieu de 6000 x 4000 en sortie de carte mémoire). Très gros coup de chance et belle photo.

Mais tout de même une petite déception pour ce samedi: le gypaète me prend pour un imbécile: il est venu cercler devant "ma" falaise ... à 17h28, alors que j'étais déjà 200 m plus bas, sur le sentier, en train d'ôter mes "petits crampons" (je suis descendu par un couloir en herbe fort pentu). Il était beaucoup trop loin, et trop haut, je n'ai même pas sorti l'appareil du sac.

 

En résumé: deux journées pas banales où une fois de plus les sujets photographiés furent totalement inattendus. L'usage du multiplicateur est un peu pénalisant dans la mesure ou l'ouverture max passe de f/4 à f/5.6, mais, si le sujet se détache bien de l'arrière plan et si la lumière est suffisante, le piqué reste très bon. Et puis aussi beaucoup de chance, car je reviens avec seulement cinq photos (dont une de bouquetin avec une belle ambiance), mais deux d'entre elles sont vraiment bien réussies (surtout celle du crécerelle, je trouve).

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Je ne suis pas un photographe professionnel. J'ai un métier que j'exerce à temps complet. Je suis simplement un "photographe randonneur" passionné de montagne et de nature, la photographie est un loisir que je pratique pendant mon temps libre, en pur amateur. Photographier des animaux sauvages exige de passer beaucoup de temps sur le terrain.

 

Néanmoins je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à vos demandes aussi rapidement que je le pourrai. N'hésitez pas à me contacter:

 

M. Cyril DESAGE

Chedde

223 avenue du Coteau

74190 Passy

 

lemonde.denhaut@laposte.net

Les photos et les textes présentés sur ce site ne sont pas libres de droit. Leur reproduction sans autorisation écrite de leur auteur est interdite, quel que soit le support. Merci de respecter la passion de l'auteur, le temps passé sur le terrain, les heures de marche, le temps passé devant l'écran et l'investissement dans le matériel.