Un petit printemps photographique

Hé oui, sur le plan photographique, c'est un peu la disette.
Il faut reconnaître que ce printemps est un peu compliqué, aussi bien pour moi, que pour la faune. En effet, cet hiver a été très généreux en neige: la balise du Lac Blanc, situé à 2330 m dans un versant sud, a très longtemps flirté avec les 4 m. Du coup, même si le printemps a été chaud, avec un regel nocturne très souvent inexistant (et donc une fonte de la neige 24/24 h), il reste encore aujourd'hui plus d'1,20 m de neige au Lac Blanc !!

Ces grosses quantités de neige (y compris jusque relativement bas: 1000 m) ont eu des conséquences sur les animaux: il paraît que beaucoup de biches ont "avorté" durant l'hiver, même si en Isère Lionel Tassan est tombé sur un faon. Pour moi toute cette neige a compliqué l'accès à certaines places de chant des tétras lyre: j'ai été obligé de chausser les raquettes, ce qui ne m'était pas arrivé depuis ... de nombreuses années ! L'utilisation du VTT a aussi été retardée. Bref, cette année j'ai joué de malchance avec les tétras, même si une sortie organisée par le Centre de la Nature Montagnarde de Sallanches m'a permis de découvrir un site que je ne connaissais pas: au Tour, près des remontées mécaniques, MAIS avec une possibilité de composition d'image avec des séracs lointains en arrière plan, ce qui peut être intéressant. De plus l'accès est très court et rapide.
Ensuite j'ai découvert un cheminement dans une belle forêt de hêtres (dans laquelle j'ai trouvé un bois de cerf), qui donne accès à une combe assez sauvage. J'y ai observé de loin quelques cerfs (avec un début de repousse des bois) et biches, mais lorsque je suis monté "tôt" (= réveil à 4h30 c'est à dire pas assez tôt en réalité car en ce moment, le jour se lève avant 6h !) pour installer un affût, je suis sorti de la forêt juste au moment où ils déménageaient, visiblement ils changeaient de secteur. Tant pis, RDV en septembre !!

Hier, je suis monté pour tenter de voir les jeunes chamois, tout juste nés. Et j'ai réussi à en photographier un, mais de loin (mal placé car je découvrais le secteur), et avec un arbre mort en avant plan et en plein milieu de la scène !!! Le jeune ne devait pas avoir plus de quelques jours. Parc contre, carton jaune pour l'aigle royal qui s'est permis de passer sous mes pieds 90 secondes trop tôt: j'étais à peine en train de poser le sac à dos à terre !!

Bref, tout cela mériterait que j'y retourne, mais voilà, il y a un hic: la passerelle sur le torrent n'a pas encore été ré-installée. Hier matin, j'ai pu passer à pieds secs, mais au retour à 18h, j'ai mis un bâton dans le courant (fort) pour mesurer la hauteur d'eau: j'en aurais eu jusqu'à mi-cuisse ! Une telle hauteur d'eau ajoutée au courant vraiment fort, présentait au moins l'avantage de ne pas perdre de temps en hésitations: j'y vais ... j'y vais pas ... avec ou sans les chaussures ??? Là au moins c'était un NIET catégorique. Hier j'ai été "sauvé" par un dépôt d'avalanche encore bien épais, qui formait un pont naturel. Seulement voilà, ce pont naturel va s'amincir rapidement et le week-end prochain je ne prendrai sûrement pas le risque de passer dessus pour franchir un torrent en furie.

Trois solutions possibles:
1- Prendre un autre chemin (plus long),

2- Bivouaquer là haut après une journée passée dans la montagne, et redescendre tôt le lendemain matin, mais il faudrait une soirée sans orage !

3- Prier pour que la passerelle soit remise en service dès cette semaine, mais au vu des quantités de neige encore présentes là haut, ajoutées aux risques d'orages quotidiens, une grosse crue n'est pas à exclure en ce moment. Il est donc bien peu probable que la passerelle soit remontée bientôt.

 

Pour ouvrir le bal de cette série de photos (plutôt des photos souvenirs): l'Aiguille du Midi, et les trois séracs situés sous l'arête, près du col du Plan, qui semblent avoir commencé de rompre leurs ancrages. Selon moi, le grand balcon entre le Plan de l'Aiguille et le Montenvers, est plutôt à éviter tant qu'ils ne sont pas tombés, surtout en cas de fortes chaleurs.

Ensuite, un petit oiseau photographié dans la plaine de Passy: le tarier pâtre. Le mâle, posé sur une vieille souche, arbore des couleurs très contrastées (orange et noir). Madame, posée en hauteur, est beaucoup plus discrète.

Le sujet suivant est un papillon, le machaon, mon premier de l'année 2018, vu à 1700 m d'altitude.

Ensuite ce sont les deux photos du cerf, évoqué un peu plus haut, dans un milieu plutôt "inhabituel" dans la mesure où en général la plupart des photos de cerfs sont prises en forêt: bref donc mon cerf à moi traverse un pierrier (à 1600 m environ) et semble lécher les cailloux. Deuxième photo: il passe sous un dépôt d'avalanche.

Un peu de flore ensuite: une orchidée. Dont je ne connais pas le nom exact.

Puis, les photos réalisées hier: une cascade, juste après le passage de l'aigle (alors que j'étais PRESQUE prêt !!), les chamois, ET pour finir cette série: le lac de Pormenaz, à 1945 m d'altitude, juste pour la comparaison avec les deux photos suivantes: Seb et moi en train de nager dans ce même lac, c'était le 3 août 2013 et l'eau n'était même pas froide !

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Je ne suis pas un photographe professionnel. J'ai un métier que j'exerce à temps complet. Je suis simplement un "photographe randonneur" passionné de montagne et de nature, la photographie est un loisir que je pratique pendant mon temps libre, en pur amateur. Photographier des animaux sauvages exige de passer beaucoup de temps sur le terrain.

 

Néanmoins je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à vos demandes aussi rapidement que je le pourrai. N'hésitez pas à me contacter:

 

M. Cyril DESAGE

Chedde

223 avenue du Coteau

74190 Passy

 

lemonde.denhaut@laposte.net

Les photos et les textes présentés sur ce site ne sont pas libres de droit. Leur reproduction sans autorisation écrite de leur auteur est interdite, quel que soit le support. Merci de respecter la passion de l'auteur, le temps passé sur le terrain, les heures de marche, le temps passé devant l'écran et l'investissement dans le matériel.