La journée des gros oiseaux

Il y a les jours sans. Et il y a les jours avec. Aujourd'hui c'était AVEC !!

Des aigles, des gypaètes, comme s'il en pleuvait !

C'est d'abord l'aigle royal qui est passé, un peu trop haut, et trop tôt (12h40), alors que j'étais encore positionné "en bas", à chercher l'hermine du printemps dernier, et à regarder décoller les parapentistes. Un seul, sous une grosse voile bleue et jaune, a réussi à prendre un peu d'altitude. A 12h55 la collision a été évitée de justesse ... avec l'aigle qui repassait dans l'autre sens !

Puis je suis monté m'asseoir 200 m plus haut. Et j'ai attendu. A 14h05 un jeune gypaète est arrivé, face à moi, un peu plus haut que moi, mais pas beaucoup. Un jeune, je dirais entre 2 et 3 ans (peut-être 2 ans et demi ?). Il m'a vu et il est venu faire deux cercles juste au-dessus de moi, avant de repartir en direction des Aravis.

A 14h42 c'est un adulte qui m'a survolé, mais il est arrivé dans mon dos et je l'ai raté ! A 15h32 il a descendu la combe à Mach 2 ! Je venais juste de me déplacer, j'étais trop loin, il était trop rapide et les photos sont trop surexposées. Deux minutes après c'est un aigle qui passe en longeant la crête alors que le brouillard se dissipe. Il tourne bien au-dessus de la combe. Mais il n'est pas seul. Je compte trois oiseaux de manière certaine (1 gyp. adulte et 2 aigles dont 1 véritablement immense), mais il est possible qu'il y en ait quatre. Sur la dernière photo du diaporama, je pensais avoir photographié UN aigle, en vol. Mais au visionnage, je me suis aperçu qu'en réalité, ils sont deux sur la photo ! Le ballet dure 5 bonnes minutes, jusqu'à 15h40. Ils sont très haut dans le ciel et même avec le 500 mm (= 750 mm sur mon capteur APS-C), ça ne donne pas grand chose.

Le gypaète revient quelques minutes plus tard décrire quelques cercles, alors que j'entame le chemin du retour. J'observe une troupe de bouquetins qui descendent une arête effilée, les petits courent et bondissent à qui mieux - mieux.


Sur le plan photographique, ce fut un peu décevant et frustrant d'observer tant d'oiseaux aussi haut dans le ciel. Mais c'est tout de même un spectacle absolument royal. Et heureusement le jeune gypaète est venu me montrer sa barbiche naissante d'assez près, et ... j'ai quand même TROIS photos que j'aime bien. Surtout deux en fait, avec un fond de nuages et d'Aravis, surexposé juste ce qu'il faut. Je me rend compte que j'aime beaucoup ces fonds blancs (de neige ou de nuages) très lumineux, qui permettent de bien détacher le sujet.

Et on dirait que Pierre Raphoz (un quasi-voisin que j'ai croisé sur un sentier il y a 2 ou 3 semaines) a lui aussi un faible pour ce style d'images très lumineuses, ou très blanches.


Enfin, pour conclure cette "journée gypaètes", je vous indique ce lien vers quelques images de gypaètes pyrénéens en train de se baigner dans une source ferrugineuse.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Je ne suis pas un photographe professionnel. J'ai un métier que j'exerce à temps complet. Je suis simplement un "photographe randonneur" passionné de montagne et de nature, la photographie est un loisir que je pratique pendant mon temps libre, en pur amateur. Photographier des animaux sauvages exige de passer beaucoup de temps sur le terrain.

 

Néanmoins je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à vos demandes aussi rapidement que je le pourrai. N'hésitez pas à me contacter:

 

M. Cyril DESAGE

Chedde

223 avenue du Coteau

74190 Passy

 

lemonde.denhaut@laposte.net

Les photos et les textes présentés sur ce site ne sont pas libres de droit. Leur reproduction sans autorisation écrite de leur auteur est interdite, quel que soit le support. Merci de respecter la passion de l'auteur, le temps passé sur le terrain, les heures de marche, le temps passé devant l'écran et l'investissement dans le matériel.