Sur la rive de l'Arve: la matinée du cincle plongeur

En fin de semaine dernière, entre jeudi après midi et samedi matin, l'isotherme 0° s'est baladé entre 2200 et 2500 m. Dans mes coins "habituels" de moyenne montagne (2000 m max), les épisodes pluvieux ont donc imbibé le manteau neigeux sur au moins 30 ou 40 cm. Les prévisions météo évoquant un regel nocturne franchement médiocre m'ont donc incité à laisser les skis au placard.

J'en ai profité pour régler le réveil sur un horaire beaucoup plus raisonnable: 6h, au lieu de 4h.
Et je suis allé ... à côté de chez moi ! Cinq minutes de route, cinq minutes à pied, voilà une vraie matinée de fainéant !!

De retour à l'appartement à 11h, après avoir fait quelques courses, et ... réussi quelques images !

Des cincles plongeurs, il y en a aussi bien plus près de chez moi, sur la rivière qui passe à 200 m. Mais cette rivière est bordée de deux routes, fréquentées par des piétons, des cyclistes, des chiens ... on n'y est jamais tranquille et les cincles ne restent jamais en place plus de 20 ou 30 secondes.
Aujourd'hui, au bord de l'Arve, bien caché derrière les arbres, je n'ai vu personne. Un cincle est venu "pêcher" à 6 ou 7 mètres de l'affût. Un autre est passé à moins de 4 mètres, plongeant et faisant surface toutes les 10 ou 15 secondes, nageant dans le courant. Bref, une belle matinée peinard au bord de l'eau.

 

Voici les photos. Elles sont dans le désordre chronologique. Je les ai classées ainsi: d'abord les vues les plus lointaines, puis une séquence de toilettage (qui en réalité en regroupe plusieurs): ébrouage, grattage d'oreille avec une patte (tout exactement comme les chiens !), pour finir par une séquence de pêche, mais à endroit où l'eau est peu profonde et l'oiseau se contente de plonger seulement la tête dans l'eau.

En effet, sur le plan de la "technique photo", deux remarques:

- lorsque l'eau est suffisamment profonde, l'oiseau plonge entièrement, et il disparaît complètement sous l'eau pour ré-apparaître un peu plus loin. L'action est très rapide et il est très difficile de le suivre. Réaliser une photo nette relève du pur miracle.

- En tout début de matinée, il faisait assez sombre et je me suis volontairement limité à une vitesse de 1/500 sec. Ce qui était beaucoup trop lent, notamment pour la première toilette de 8h15. J'étais aussi un peu trop loin.

Bref, place aux images:

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Je ne suis pas un photographe professionnel. J'ai un métier que j'exerce à temps complet. Je suis simplement un "photographe randonneur" passionné de montagne et de nature, la photographie est un loisir que je pratique pendant mon temps libre, en pur amateur. Photographier des animaux sauvages exige de passer beaucoup de temps sur le terrain.

 

Néanmoins je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à vos demandes aussi rapidement que je le pourrai. N'hésitez pas à me contacter:

 

M. Cyril DESAGE

Chedde

223 avenue du Coteau

74190 Passy

 

lemonde.denhaut@laposte.net

Les photos et les textes présentés sur ce site ne sont pas libres de droit. Leur reproduction sans autorisation écrite de leur auteur est interdite, quel que soit le support. Merci de respecter la passion de l'auteur, le temps passé sur le terrain, les heures de marche, le temps passé devant l'écran et l'investissement dans le matériel.