Les vacances en Provence

Alors cette année, avant de lever le camp et de prendre la route, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller faire quelques photos. En effet, quelques jours auparavant, en promenant La Truffe, j'avais remarqué, autour du pont sur l'Ugine, des "pioupioutements" très aigus, très forts, et aussi assez brefs: ils ne duraient que 3 ou 4 secondes. Ils semblaient provenir de sous le pont. Je suis donc allé chercher les jumelles et je me suis assis au bord de la route, près du pont. Et c'est là que j'ai vu le couple de cincles plongeurs ravitailler leurs oisillons.

Les photos ne sont pas très belles car la scène se déroule à l'ombre, l'action est très très rapide, et il n'y a pas de couleurs en dehors des becs grands ouverts des petits cincles. Mais c'est tout de même une scène assez sympathique, qui se déroulait à 200 m de chez nous. Bref, ce sont des "photos souvenirs".

Ce qui est très agréable quand nous passons les vacances en Provence, ce qui nous relaxe, ce qui nous dépayse et qui fait qu'on se sent vraiment comme des vacanciers, c'est l'apéro dans le jardin, en famille. Même quand il n'y a pas encore les cigales (en avril par exemple), et même quand il y a trop de mistral !!

Seulement ... le jardin ... il est habité. Alors voilà, elle est chez elle, mais elle est tout de même un peu timide, et elle s'appelle Caline.

Et le jardin des voisins aussi est habité. Par un couple de mésanges, qui elles aussi ravitaillent leurs petits. Les photos de mésange auraient pu être belles, mais elles sont ratées: La sortie du nid est très très rapide. Dans les réglages, j'ai donc privilégié la plus grande ouverture possible (f/5.6) avec le multiplicateur, afin de pouvoir utiliser une vitesse importante (1/3200 sec). Le revers de la médaille c'est qu'avec une ouverture à f/5.6, la profondeur de champ est assez réduite, surtout avec une maxi focale comme celle utilisée. J'ai mis l'appareil sur trépied, j'ai fait la mise au point sur le nid, et j'ai attendu. Et quand la mésange est sortie, j'ai déclenché en rafale. Le problème c'est que l'autofocus n'arrivait pas à accrocher l'oiseau (qui presque à chaque fois a décollé en venant vers moi, donc en se rapprochant de l'appareil). Le plan de netteté restait donc sur le nid, alors qu'au moment du déclenchement, la mésange était déjà 10, 15 ou 20 cm en avant du nid, ce qui explique que sur les photos les plus "spectaculaires", seul le bout de la queue est à peu près net, alors que les ailes sont floues (ce qui pourrait ne pas être trop gênant car cela permettrait de traduire la vitesse, si c'était un flou de bougé, ce qui n'est pas le cas!!), et encore pire, les yeux sont flous, ce sont donc des photos bonnes pour la poubelle !

Après quelques jours de mistral et de repos (pour rattraper mon sommeil en retard), je suis retourné traîner mes baskets autour de la roselière de la petite camargue, près de St Chamas (où j'étais allé en fin d'année 2016). Les deux premières balades ne furent pas très fructueuses. J'étais encore en repérage, et puis j'ai encore loupé quelques (potentiellement) belles images de héron cendré et de flamant rose, à cause du bouton "menu" qui s'est collé contre mon nez et qui a déréglé malencontreusement la balance des blancs. J'ai un peu rattrapé le coup avec l'ordi, mais les couleurs restent "pas très naturelles". Sur les images donc: aigrette garzette, héron cendré, flamants roses et canards Tadorne de Belon. ATTENTION: au printemps, il est interdit de se promener sur le sentier littoral (entre la Pointe et le Palous), mais il n'y a qu'un seul panneau qui mentionne cette interdiction et donc si l'on arrive par le grand chemin qui longe la roselière (entre la D10 et la digue EDF), et bien on ne passe devant aucun panneau et on peut très bien aller sur le sentier littoral sans être informé de quoi que ce soit. Ce secteur est interdit car à cette période de l'année, des oiseaux nichent, au sol, dans les herbes, parfois tout près du chemin. Il faut donc éviter de les déranger.

Après ces quelques jours à ne faire que des photos moyennes, mes copines "les Deux P": Patience et Persévérance ont fini par faire tourner la chance, exactement comme en montagne. Au dernier jour des vacances, le jour où j'ai réussi à me lever le plus tôt.

Première photo: un chevalier guignette, à 7h48. Certes, le chevalier guignette est loin d'être la star de la camargue, mais la lumière était splendide, il se tenait dans l'eau, peu profonde, pas très loin du bord, à l'endroit où la Touloubre vient se jeter dans l'étang de Berre et le courant crée quelques petites vaguelettes au premier plan, alors qu'à l'arrière l'étang est parfaitement lisse.

Ensuite, c'est une grande aigrette que j'ai repérée, perchée sur la même branche que le héron de la veille. Et contrairement au héron, elle ne m'a pas vue. J'ai d'abord tenté de la photographier au travers d'un rideau de roseaux, en réglant la mise au point à la main, mais sans trépied et avec un gros (et lourd) téléobjectif, c'est mission impossible. Je me suis donc décalé latéralement, tout en restant sur le chemin, jusqu'à m'aligner avec un petit trou dans les roseaux, un espace de 30 à 40 cm de large. Là j'ai pu réussir quelques clichés pendant qu'elle se lissait les plumes. J'ai même vu passer dans le viseur, une poule d'eau qui est venue se glisser tranquillement sous la grosse branche qui visiblement doit servir de perchoir à pas mal d'oiseaux.
Un peu plus tard, alors que j'allais partir, c'est l'aigrette garzette qui est sortie de derrière les roseaux, à seulement quelques mètres de moi.

Voilà, j'ai trouvé "mon coin". La prochaine fois j'apporterai le trépied, un siège pliant et un filet de camouflage.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Je ne suis pas un photographe professionnel. J'ai un métier que j'exerce à temps complet. Je suis simplement un "photographe randonneur" passionné de montagne et de nature, la photographie est un loisir que je pratique pendant mon temps libre, en pur amateur. Photographier des animaux sauvages exige de passer beaucoup de temps sur le terrain.

 

Néanmoins je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et à vos demandes aussi rapidement que je le pourrai. N'hésitez pas à me contacter:

 

M. Cyril DESAGE

Chedde

223 avenue du Coteau

74190 Passy

 

lemonde.denhaut@laposte.net

Les photos et les textes présentés sur ce site ne sont pas libres de droit. Leur reproduction sans autorisation écrite de leur auteur est interdite, quel que soit le support. Merci de respecter la passion de l'auteur, le temps passé sur le terrain, les heures de marche, le temps passé devant l'écran et l'investissement dans le matériel.